« Le burn out est-il seulement dans ma tête » ?

NON, évidemment ! Le burnout est une problématique bien physique et mesurable. Celui-ci survient à la suite d’un stress répété qui épuise petit à petit l’organisme après une longue bataille.

Pour se rendre compte que ce n’est pas que « dans la tête », il faut comprendre les phases du stress que le physiologiste hongrois Hans Selye nous a décrites.

  1. La phase d’Alarme : permet à l’individu de se préparer corporellement et psychologiquement à répondre à une agression.
  1. La phase de Réaction/Résistance : mobilise les ressources de l’individu sur le long terme si la réaction en phase d’alarme n’a pas suffi à mettre fin au facteur stressant. Après réception du stimulus stressant, le cerveau envoie une série de messages jusqu’à la sécrétion du cortisol par les glandes surrénales. Celui-ci aura l’effet « boostant » souhaité pour faire face à l’agression, faisant travailler les organes et systèmes physiologiques à 120% de leur capacité.
    Une phase de repos est alors nécessaire pour permettre au corps de récupérer. Si elle n’a pas lieu / a lieu trop peu souvent / est trop courte, s’ensuit une phase d’affaiblissement.
  2. La phase d’Épuisement : les ressources physiques et psychiques de l’individu sont épuisées par sur-sollicitation ; celui-ci se laisse submerger et les troubles psychosomatiques commencent à apparaître → Fatigue physique → BURNOUT.

 

À Quel point le Toucher est-il important ?

Il y a 3 éléments de base à savoir sur le toucher :

  1. C’est le premier sens qui se développe chez le fœtus. Selon l’INSERM[1], les premiers récepteurs apparaissent déjà à partir de la 4è semaine de grossesse. On parle d’un être vivant de 0,2mm.
  2. C’est le dernier sens qui se détériore dans la vie de l’être humain.
  3. C’est le seul sens à être VITAL. Le manque de contact entraîne une détérioration des fonctions générales de la personne. Celle-ci commence à présenter des limitations dans ses nuances motrices et verbales et peut, dans le cas de certaines personnes âgées, donner la sensation de « se laisser mourir ».

Ces 3 éléments nous amènent à aborder les effets du toucher/massage de manière générale.

Ce n’est pas un hasard si le Toucher est le seul sens vital pour l’Homme. La création d’un contact tactile entre le praticien et le bénéficiaire, pour peu qu’il soit à peine plus prolongé qu’un effleurement ou une bousculade dans la rue, déclenchera toute une série de réactions physiologiques orientées vers le bien-être du corps.

Ces réactions se déroulent à tous les niveaux de l’organisme, tant en superficiel qu’en profond. Ainsi, certaines réactions se verront à l’œil nu (comme la coloration de la peau) ou se feront ressentir rapidement (augmentation de la chaleur autour de la zone travaillée), dénotant une influence sur le système sanguin par exemple. D’autres, mettront plus de temps à s’installer, mais dureront également plus longtemps. On retrouve alors entre autres, des effets sur le système nerveux et sur le système endocrinien.

  • Le système nerveux.
    • Les effleurages répétés sont connus pour leur effet antalgique. C’est pour cela que, par réflexe, une personne aura tendance à frotter vigoureusement un endroit qu’elle viendrait de se cogner pour faire partir la douleur.
    • D’un autre côté, il y aura une activation du système nerveux parasympathique, responsable de relâchement général de l’état de tension du corps ainsi que de l’activation du système digestif.
  • La respiration se fera plus ample permettant une meilleure oxygénation du sang ; une meilleure digestion traitera plus efficacement les nutriments et améliorera l’ apport nutritif aux cellules. Ces 2 éléments donnent un meilleur état de santé général.
  • Le système endocrinien.

Il s’agit de la sécrétion de chaque hormone propre à la réalisation de différentes fonctions corporelles et psychiques. Entre autres, l’Ocytocine qui développe le lien d’attachement ainsi que la sphère sociale de l’individu

[1] https://www.inserm.fr/reportage/developpement-quand-le-toucher-eveille-au-monde/

Qu’est-ce que le « Chi Nei Tsang » ?

Le « Chi Nei Tsang » est le terme qui désigne le Massage du Ventre. Littéralement traduit par « massage de l’énergie des organes internes », il fut initialement inspiré de la philosophie du Qi Gong. Les mouvements sont donc très ronds et fluides pour permettre à l’énergie de circuler à travers les organes et à l’intérieur de ceux-ci afin de les résorber et de les entretenir.

Quelle serait l’utilité du Massage du Ventre en cas de stress ou d’épuisement ?

Si la base du massage est de « relancer l’énergie des organes », la vision occidentale permet de compléter les aspects physio-endocriniens de celui-ci et de comprendre quels sont les intérêts en cas de stress et fatigue chronique.

Il sera notamment utilisé pour relancer en priorité la création de Sérotonine dont la sécrétion se fait majoritairement dans les intestins (environ 95% de la production) (PilJe.fr). Or, la Sérotonine est nécessaire à la synthétisation de la Mélatonine, base d’un cycle veille-sommeil de qualité).

C’est également dans les intestins que l’on retrouve la présence de plusieurs centaines de millions de neurones, correspondant (peut-être) aux neurones responsables de la gestion des émotions et communiquant directement avec le cerveau grâce au nerf vague (Psychomédia Canada, une étude de l’université de Duke selon Futura-Science, …).

Le massage possède également la propriété de libérer de l’Ocytocine et de l’Endorphine en plus, 3 hormones dites « du bien-être » (sur 4). L’Ocytocine, elle, incarne l’hormone de l’attachement et du lien social (lien rompu généralement à cause de l’isolement). Quant à l’Endorphine, elle « endort » la douleur grâce à son effet antalgique et amène un sentiment de flottement et de légèreté.

Parallèlement à ce travail endocrinien, le Massage du Ventre relance les fonctions digestives généralement ralenties et libère les tensions qui bloqueraient le diaphragme. Ces manipulations permettront à la fois d’assimiler à nouveau convenablement les nutriments contenus dans les aliments, et à la fois d’ouvrir les poumons pour assurer une meilleure oxygénation du corps, assurant l’apport énergétique suffisant aux cellules du corps[1].

D’un point de vue plus psychique, le Massage du Ventre est un excellent moyen de se reconnecter à son corps et à ses limites physiques. La possibilité de se représenter matériellement l’espace que son corps occupe fait partie de la première étape à l’affirmation de soi. Sentir son volume corporel, c’est concevoir que nous ne sommes pas invisibles et que nous avons chacun la possibilité de prendre une place dans un groupe, quelle qu’en soit la taille, en tant qu’individu unique.

[1] Pour autant qu’il y ait une alimentation de qualité et riche en nutriments.

À quel moment est-il le plus intéressant dans le processus de récupération ?

Le Chi Nei Tsang peut intervenir à n’importe quel moment du processus mais aura beaucoup plus d’impact en tout début pour aider à la récupération physique. L’amélioration du sommeil et de la digestion sont les points clés sur lesquels je m’appuie pour vous soutenir au maximum dans votre processus de rétablissement.

En savoir plus ou contacter Magali Godfroid