Interview de Pascale Debliquy, auteure du livre Cadeau ! par Sophie Lagesse, journaliste au Soir Magazine, le 26 mars 2020 (article paru dans le Soir Magazine du 1er avril 2020).

Votre livre souligne que dans toutes épreuves, nous pouvons en retirer du positif…

“Oui, mon livre invite à prendre conscience que nous rencontrons tous sur notre chemin de vie des épreuves et que, aussi difficiles soient-elles, ce sont des occasions de murir et d’évoluer. Sur ce chemin, parfois compliqué, nous ne sommes pas seuls. Nous recevons beaucoup de cadeaux qui nous permettent de transcender nos épreuves, c’est à dire les traverser et en sortir grandis, plus riches qu’avant. Ce peut être de petites ou de grandes choses : une aide qui survient à point nommé, un livre, une thérapie, une amitié, une prise de conscience… Plus nous prenons conscience de ces cadeaux qui nous sont donnés, plus ils viennent à nous. C’est un cercle vertueux.”

Cadeau de l’auteure rien que pour vous ! Téléchargez ici un gratuitement un extrait du livre Cadeau ! de Pascale Debliquy

Dans la situation actuelle que nous traversons, qu’est-ce qui peut selon vous ressortir de positif ?

“Il va ressortir énormément de belles choses de cette période de confinement. Mais comme pour toutes les épreuves, il difficile de s’en rendre compte au moment où on les traverse. Il faudra avoir un peu de recul pour en prendre conscience. Je suis convaincue qu’une fois que le confinement sera terminé, de nombreuses personnes se diront que cette expérience s’est finalement révélée positive à plus d’un niveau. Le confinement impose une mise à l’arrêt, ce que nous avons rarement l’occasion de faire dans nos vies fort agitées. C’est une occasion qui nous est offerte de prendre du recul, d’observer nos vies et de découvrir ce que l’on n’a pas l’occasion de voir lorsqu’on est en mouvement constant. Cet arrêt est une invitation à réfléchir à notre façon de vivre, à ce qui nous convient et à ce qui ne nous convient plus. Et puis, c’est surtout une invitation à se reconnecter à nous-même et à ce qui est important pour nous, à notre famille, à la nature.”

Pour pouvoir réaliser ces aspects positifs, avoir une certaine prise de conscience, il faut une certaine force de caractère ? Ou est-ce à la portée de tous ?

“C’est avant tout une question d’état d’esprit. Chacun d’entre nous est libre de donner sa propre réponse à ce qui est en train de se passer. C’est sûr qu’on ne peut pas choisir ce qui nous arrive mais par contre, nous avons tous le choix de notre façon d’y réagir. Dans cette épreuve du coronavirus, nous pouvons voir une tragédie et nous focaliser sur les aspects dramatiques de la situation, et évidemment, il y en a. Mais nous pouvons aussi choisir de nous concentrer sur les aspects positifs qu’elle recèle. La vision positive des choses est certes plus facile à adopter pour certains. Nous ne sommes pas tous égaux dans notre capacité de résilience, cela dépend de beaucoup de choses, de notre caractère, de notre vécu. Mais je crois que nous avons tous la liberté et la capacité d’avoir un état d’esprit positif par rapport à ce qui nous arrive.”

D’être à l’arrêt, chez soi, cela permet plus facilement une prise de conscience ?

“Ce qui est certain, c’est que cette épreuve secoue tout le monde. Elle nous oblige tous à sortir de notre zone de confort. Quelle que soit la façon dont on vit, dont on va traverser cette crise du coronavirus, chacun va être éprouvé et bouleversé. Personne ne va pouvoir rester indifférent à ce qui se passe. Chacun va être amené à réfléchir. Beaucoup vont y voir une opportunité de changement et de retour à l’essentiel. Cette épreuve va assurément engendrer des prises de conscience qui n’auraient pas eu lieu si elle n’était pas arrivée.”

Après le retour à la normale, chacun va retrouver sa routine. Cette prise de conscience peut-elle s’inscrire cependant sur une longue durée ? Que ce ne soit pas qu’un feu de paille…

“Le paradoxe, c’est que plus le confinement durera longtemps, plus il permettra que des choses s’installent dans la durée. Il faut que la période soit suffisamment longue pour que les changements s’inscrivent sur du long terme. Si tout revient à la normale très rapidement, comme chacun y aspire, les choses reprendront leur cours d’avant. Ce qu’on peut souhaiter, c’est que le changement, individuel et collectif, soit assez profond pour être durable et engendrer un vrai mieux.”

Pensez-vous que certaines personnes vont radicalement changer de vie après cette période inhabituelle ?

“Oui, je pense que le bouleversement actuel et les prises de conscience qu’il entraîne vont aboutir à des changements profonds de vie, pour certains même radicaux. Je suis convaincue que chacun, sur nos chemins de vie, nous rencontrons une ou plusieurs épreuves qui sont là pour nous réaligner à ce qui est plus juste pour nous. Pour certains, c’est une perte d’emploi, un divorce ou une autre épreuve qui conduit à une transition de vie. C’est ce que je raconte dans mon livre. J’ai traversé une séparation, deux burn-out, et cela a chaque fois été une occasion de me réaligner de façon plus juste pour moi. Et je pense que la crise du coronavirus jouera ce rôle pour certaines personnes. Mais le ciel n’est gris que par intermittence et après la pluie revient le beau temps ! Et c’est lorsqu’on se trouve un peu plus loin sur le chemin que l’on réalise avec bonheur et fierté qu’on a été capable de traverser et de surmonter nos épreuves de vie.”

En Chine, le confinement a provoqué une hausse des demandes de divorce. Cette situation, c’est une période test pour les couples…

“Le confinement est un peu l’épreuve de vérité. Il nous confronte à notre réalité. Cela va avoir des effets positifs mais aussi des effets négatifs. Certains couples vont se renforcer à travers l’épreuve, d’autres vont arriver à la conclusion qu’une séparation est préférable. Mais à nouveau, dans un premier temps, ces changements peuvent paraître difficiles et insurmontables et par la suite se révéler de beaux cadeaux !”

Pour rentrer en contact avec Pascale Debliquy. Consultez son site d’auteure ou celui du Centre Psyché qu’elle anime avec une équipe de thérapeutes et praticiens à Waterloo.

Share This